Bibliothèque de Courcelles-Chaussy
Un monde de lecture et d’écoute à votre portée
+33 (0)3 87 64 08 12 – Me & Jeu de 14h à 18h30 / Sa de 9h30 à 12h30

Insolivres 2019 espionnage : entre réalité et fiction

Partagez

La lettre de Courcelles-Chaussy

1er message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Ah, ah , ah, te rappelles-tu de notre première rencontre, quand très sérieusement tu affirmas que les femmes prennent plus de soin pour se choisir une robe qu’un mari?

Il aura fallu attendre plus d’un siècle pour enfin percer le mystère de «La lettre de Courcelles» trouvée sur Marie-Pierre Malsböd lors de son arrestation par les agents de la garde rapprochée du Kaiser au cours d’une bousculade à l’arrivée du train Impérial en gare de Courcelles-Chaussy, le 16 Février de l’année 1902. 

Une foule compacte, encline à la moquerie et au sarcasme, venue manifester contre le maintien de l’obligation du service militaire dans l’armée allemande, conspue et insulte le plus haut dignitaire de l’Empire. Sous le regard furieux de Guillaume II, les soldats pressent les premiers rangs à refluer. Suit un affrontement vite réprimé, puis l’interpellation au hasard et pour l’exemple de ceux qui seront jugés puis déportés pour la plupart au prétexte de leur appartenance au mouvement anarchiste.

2ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Me faire le reproche d’être une courtisane ? L’argent est la seule chose qui m’apaise. La prochaine fois ce sera moi qui te paierai.

Tout acte d’opposition, à cette époque, était indifféremment traduit à l’aune de la folie meurtrière des anarchistes enivrés par le dogme de la «propagande par le fait». La liste des têtes couronnées sacrifiées au nom de l’anarchisme conquérant n’aura cessé de s’allonger. Elisabeth d’Autriche succombe en 1898 à Genève. Et, depuis 1892, la France, terrorisée par les attentats à la bombe commis par Ravachol, fait sienne une répression plus active. La bombe que lance Auguste Vaillant en pleine séance de l’Assemblée nationale en décembre 1893 oblige les gouvernements à agir.

Le même mois, en quelques jours à peine, sont votées deux lois, qui condamnent l’apologie de l’action directe et les groupes anarchistes, alors nombreux. Elles n’empêchent pas l’assassinat en juin 1894 du président de la République Sadi Carnot, mais motivent la promulgation d’une troisième loi, la plus sévère, qui interdit toute forme de propagande aux anarchistes. Ce sont ces lois qui entreront dans l’histoire sous le nom de «lois scélérates», d’après le qualificatif utilisé par Léon Blum dans un pamphlet publié en 1899 et dont il était l’un des rédacteurs.

3ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Sommes-nous fous d’exiger autant l’un de l’autre ? Souviens-toi, quand je rêve de toi, ce n’est jamais sexuel.

Marie-Pierre Malsböd, saisonnier de son état, embauché à la tâche dans les métairies du Pays de Pange connaîtra les geôles de l’empire, puis l’incorporation de force au sein des unités de droit commun et d’opposants politiques sacrifiés à l’occasion des actions de maintien de l’ordre dans les colonies allemandes.

Cloué au pilori des extrémistes de l’idéal libertaire, Marie-Pierre Malsböd garda durant toute la durée de son interrogatoire puis de son procès un silence absolu. Condamné d’avance par l’opinion et la presse à cause de cette lettre cryptée dont il refusa de donner la clef ainsi que le nom de la personne émettrice. L’impossibilité de décrypter cette lettre dans les jours qui suivirent l’arrestation ne permit pas de comprendre l’ampleur de la tragédie. 

Tous ceux qui se penchèrent sur les annales du procès remarquèrent l’étrange comportement de l’inculpé, silencieux, absent, à l’opposé des habitudes des anarchistes qui s’emparaient de la moindre occasion pour hurler leurs convictions. Comportement anachronique, qui des policiers aux juges signalèrent plutôt le regard noir, ironique et méprisant du jeune homme. Pas une seule attention pour ses parents venus le supplier durant les audiences d’adopter une autre ligne de conduite.

4ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Impossible de faire marche arrière. Nous le ferons, nous le ferons… En finir avec cette mascarade

A cette époque des écrits anonymes circulaient, attisant le feu de la haine, régalant les services secrets qui les transmettaient automatiquement aux rédactions de la presse nationale et internationale.

Il est clair que l’urgence du moment était à la désignation de l’ennemi commun ; la conscience révolutionnaire, au nom d’une mobilisation des forces vives et en vue du prochain affrontement des peuples qui verra l’horreur atteindre des sommets.

5ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Si tu refuses, je suis anéantie. Tout ce que je fais, c’est par rapport à toi

Le hasard a voulu que la lettre cryptée que Pierre-Marie avait dans la poche de sa veste lors de son arrestation survive aux vicissitudes du temps et parvienne sur le bureau de l’éminent professeur ANGEM. Ce dernier, passionné de cryptographie, s’attela à la tâche ardue du décryptage. Une fois le travail réalisé, il eut l’opportunité de la communiquer à la bibliothèque de Courcelles-Chaussy.

Ci-dessous, vous pouvez découvrir le message tel que Pierre-Marie n’a jamais voulu livrer aux autorités de l’empire.

« … PRQ DPRXU. VRLV ILHU GH WRQ JHVWH, FRPPH MH OH IXV GX PLHQ SRXU PHWWUH XQ WHUPH GHILQLWLI D O’HALVWHQFH GH FHXA TXL HASORLWHQW OH SHXSOH. WRXW HVW SUHW. MH W’DWWHQGUDL D RVWHQGH, D O’HQGURLW FRQYHQX… WD P.V. »

Maintenant, grâce au travail du crypto-analyste, nous possédons le sens de cette lettre mais également les initiales de l’émettrice ou de l’émetteur. 

Dès lors nous avons cherché à trouver qui se cachait derrière ces deux initiales mystérieuses. Une rapide recherche avec quelques historiens érudits nous mena sur la piste d’une certaine Marguerite STEINHEIL.

Mais qui était donc cette personne ?

6ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Croire que la seule façon d’éviter le pire est de le commettre, afin de s’en débarrasser

Femme savante et scandaleuse

 Au début de l’année 1899, Félix Faure, sixième président de la IIIe République, se trouve pris dans la tourmente de l’« affaire Dreyfus » après s’être opposé à la révision du procès du capitaine. Dès lors, il n’apparaît plus dans l’opinion publique comme l’homme méritant et énergique qui a réussi à sceller une alliance avec la Russie puis à éviter un affrontement sanglant avec l’Angleterre au moment de la crise de Fachoda, mais comme un viveur, amateur de demi-mondaines. Le 16 février 1899, il trouve la mort dans les bras de Marguerite Steinheil, fille de l’industriel Édouard Japy et femme du peintre Adolphe Steinheil, son aîné de vingt ans. Si, pour les journaux d’opposition, le chef de l’État a péri dans un « excès de santé » (Le Gil Blas), pour La Presse et les organes nationalistes, il a été assassiné à cause de son attitude trouble dans l’« affaire Dreyfus ».

La fille de l’industriel Japy ne sera réhabilitée par l’image qu’en 1959, dans la série En votre âme et conscience. En effet, le scénariste, Pierre Dumayet, fait siennes les thèses d’Edmond Locard et d’Armand Lanoux selon lesquelles la mère de Marguerite serait morte de peur à la vue d’un amant étranglant son gendre, qui l’avait surpris. Le meurtrier étant le grand-duc de Russie, l’affaire aurait été étouffée par le préfet de police Lépine, sur ordre du ministre de l’Intérieur Georges Clemenceau.

7ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Le fait de continuellement y penser est pire que l’acte lui-même. Dépêche-toi !

L’amour fou au cœur du scandale. Une revanche post-mortem pour Marguerite STEINHEIL à qui le reproche de n’avoir été qu’une cocotte  lui sera faite jusqu’à sa mort. Mais la fin du Président Félix FAURE entre les bras de sa maîtresse, préméditée et non-accidentelle ?

L’amour donc, noue le destin de Pierre-Marie et de Marguerite dont les motivations idéalistes les obligent à prendre tous les risques afin d’accomplir leur mortel projet.

Cela confirmera la thèse de la préméditation d’attentat sur la personne de Guillaume II, tout en éclairant d’une nouvelle lumière le décès de Félix FAURE.

8ème message décrypté (gardez-le précieusement pour l’atelier du 15/6)

Quand tu porteras le coup fatal, l’arme aura le goût de mes baisers